Aller au contenu principal

Agroéquipement : les ventes se redressent

Les constructeurs affichent leur optimisme pour l'évolution des ventes de matériels agricoles.

La croissance des ventes de machines agricoles devrait s’approcher des 5% en 2018, après une hausse molle de 1,1 % en 2017 et une forte chute en 2016 (-9%). Le syndicat des constructeurs (Axema) parle de « reprise anticipée » et de « perspectives de croissance plus fastes » tant sur le marché français qu’à l’international. Les potentialités seraient plus fortes en grandes cultures, dans les exploitations de « polyculture et de poly-élevage », ainsi qu’en horticulture, arboriculture et maraîchage.

La balance commerciale de la France reste déficitaire. En 2016, les importations de machines agricoles ont dépassé de 716 millions d’euros les exportations. Les constructeurs continuent de se plaindre du manque de compétitivité de notre pays face à l’Allemagne notamment, qui bénéficie de coûts de main d’œuvre (salaires + charges) beaucoup plus faibles. Les constructeurs notent que, malgré ses handicaps, le secteur français du machinisme a continué à embaucher.

Axema tente de tracer des perspectives à plus long terme et relance son combat pour obtenir un renouvellement du parc de pulvérisateurs qui serait largement obsolète. Les constructeurs estiment que le dispositif de prime à la casse proposé par les députés de la mission d’information sur les phytos est largement insuffisant. A plus long terme, la robotisation offrirait des opportunités séduisantes avec une part de marché potentielle importante pour les tracteurs autonomes ; viendraient ensuite le travail du sol et la gestion laitière.


En relation