Aller au contenu principal

John Deere 6250R : « Un tracteur au top du confort et de l’ergonomie »

Wilfried, Simonneau, salarié d’une exploitation du sud de la Vienne, basée à Availles-Limousine, fait le bilan d’une semaine aux commandes du tracteur John Deere 6250R.

John Deere a récemment complété sa série 6R par le haut avec deux modèles 6230R et 6250R, celui essayé. Ce dernier atteint une puissance de 300 chevaux avec le boost, lui procurant un rapport poids/puissance de 31 ch/kg particulièrement adapté aux applications de transport. Le moteur 6,8 litres, équipé de deux turbos et d’un système de dépollution combinant EGR, DOC, FAP et SCR, bénéficie d’un nouveau pack de refroidissement et d’un filtre à air avec admission d’air le long du montant gauche de la cabine. Le capot moteur est rehaussé de 10 cm, tout comme la cabine, afin de préserver la visibilité. Outre ces évolutions sur le moteur, ce tracteur adopte des composants redimensionnés pour passer la puissance. Cela s’accompagne d’une progression de l’empattement et de la capacité du réservoir de GNR.

Un joystick multifonction complet en bout d’accoudoir

Uniquement proposés en version Autopowr, ces deux modèles disposent d’une transmission à variation continue spécifique (ECCOM 2.9 de ZF). Côté hydraulique, le circuit load sensing gagne en performances, délivrant un débit de 160 l/min à un régime moteur de 1 500 tr/min, pour alimenter jusqu’à six distributeurs arrière et trois blocs de distributeurs latéraux. Les relevages avant et arrière gagnent en capacité dépassant même légèrement celles des 7R. Pour plus de confort et de stabilité au transport, le nouveau pont avant suspendu s’inspire de celui des 7R. En cabine, le constructeur surprend par l’adoption d’un joystick multifonction en bout d’accoudoir.

 

Les conditions du test

La semaine de prise en main s’est déroulée en août dernier, après la moisson. Le tracteur s’est illustré au champ, attelé à un combiné décompacteur/herse rotative de 3,50 m (6 dents), puis avec un cover-crop de 41 disques. Des outils un peu légers vu la puissance du tracteur essayé.

© G. Coisel

 

Au travail « À l'aise au champ comme sur la route »

© G. Coisel

Attelé au combiné décompacteur/herse rotative, le tracteur n’a montré aucune difficulté à emmener l’outil. À 25 cm de profondeur, avec une vitesse d’avancement de 8 km/h, la consommation dépassait les 22 l/ha, tandis qu’avec mon tracteur de 200 chevaux, elle atteint en moyenne les 16 l/ha avec une vitesse inférieure de 1 voire 2 km/h. En peaufinant les réglages, on aurait pu gagner encore quelques précieux litres. Côté performances, rien à redire. Les 275 chevaux suffisent largement pour emmener l’outil de 6 dents. Par contre, on a du mal à savoir si le boost est réellement activité.

 

© G. Coisel

Avec le cover-crop de 4,80 m, même constat, le tracteur s’en sort aisément, surtout pour un deuxième passage à 10 km/h. Bien que bridé volontairement à 1 600 tr/min, le régime moteur évolue plus aux alentours des 1 500 tr/min. Cela se traduit par une consommation de 7 l/ha de moyenne, toujours légèrement supérieure à celle de mon tracteur de 200 chevaux. Ce sentiment de facilité fait aussi de lui un tracteur agréable à conduire.

 

© G. Coisel

Sur la route, le tracteur se déplace à 40 km/h à 1 300 tr/min. En cabine, il suffit de pousser le joystick au maximum en avant pour activer la vitesse mémorisée. La gestion du moteur et de la transmission vise ensuite le meilleur rendement. Le tracteur est stable et confortable. Peu bruyant, il montre ses atouts au transport avec son gabarit adapté. J’apprécie de pouvoir ajuster la souplesse des suspensions du pont avant et de la cabine.

 

© G. Coisel

Dans les bouts de parcelles, j’ai pris goût de pouvoir braquer les roues en limitant les tours de volant en dessous de 15 km/h. En revanche, je regrette de ne pas avoir pu tester l’automatisation des demi-tours en bout de champ iTEC Pro, pas encore disponible au moment de l’essai, en août (NDLR : désormais commercialisé). La compacité du tracteur favorise les manœuvres.

 

 

En cabine « Un joystick fait son apparition »

© G. Coisel

Le tracteur est tout de même assez imposant, avec une cabine à quatre montants haut perchée (NDLR : 5 montants en option). Une fois à l’intérieur, la visibilité est bonne à 360°, le capot moteur n’est pas proéminent. La luminosité et la couleur des matériaux employés sont agréables. La qualité de ces derniers fait également bonne impression. Rien à redire sur l’insonorisation, ni même sur les habituels bruits parasites comme ceux générés par la clim'. C’est spacieux et bien pensé. Même les différentes prises de électriques sont en nombre et bien positionnées.

 

© G. Coisel

L’accoudoir est complet et fonctionnel. Le joystick est une réussite (NDLR : en option). Ce dernier transgresse les habitudes du constructeur. Il est complet, paramétrable à souhait et facile à prendre en main. Son mouvement d’avant en arrière permet d’ajuster la vitesse et d’inverser le sens de marche en appuyant sur la gâchette. Un mouvement en butée permet d’atteindre automatiquement la vitesse maxi, ou d’arrêter le tracteur sans utiliser les freins dans la limite de la capacité de retenue de la transmission. En basculant le levier vers la gauche, il est possible d’ajuster très précisément la vitesse à très faible allure (rampante). Un bouton sert à sélectionner les trois niveaux d’accélération. Une molette permet d’ajuster le réglage de la vitesse d’avancement. Deux boutons sont dédiés aux deux vitesses mémorisées qui s’enclenchent par une impulsion du levier sur la droite. Si les fonctions du levier en croix, propres à l’avancement, ne sont pas modifiables, les autres boutons, répartis des deux côtés du levier, offrent onze fonctions personnalisables depuis le terminal. Le joystick peut également être configuré pour piloter un outil Isobus.

 

© G. Coisel

Le terminal couleur tactile de 10’’ (NDLR : 7’’ de série) permet de paramétrer l’intégralité des fonctions, de la radio à l’autoguidage en passant par la climatisation, l’hydraulique, le moteur, la transmission ou même le téléphone ! Je n’ai jamais vu un terminal offrant de telles possibilités de réglages. Celui qui prend le temps et aime « fouiller » dans les menus, comme moi, appréciera vraiment. De plus, l’affichage de l’écran est lui aussi façonnable à souhait. Et la mémoire de stockage d’une capacité de 20 Go offre des possibilités quasi illimitées en termes de personnalisation.

 

Entretien « Un capot en trois parties »

© G. Coisel

L’entretien, qu’il soit journalier ou périodique, est facilité par l’accès. Le capot se compose de trois parties ainsi que d’une trappe d’accès pour la jauge à huile moteur et le remplissage de liquide de refroidissement. Contrairement au reste de la gamme, le filtre à air, logé dans le montant gauche à l’extérieur de la cabine, s’atteint aisément. En revanche, le filtre de climatisation, implanté au pied de la cabine, à gauche, au-dessus du relevage, l’est beaucoup moins. Le filtre à carburant se trouve devant les radiateurs coulissants, à l’avant du moteur, celui de l’huile moteur à droite. J’apprécie la périodicité de l’entretien du moteur, avec une vidange portée à 750 h et 1 500 h pour la transmission et les freins. Enfin, devant le marchepied droit, qui abrite les batteries, se trouve un grand compartiment de rangement.

Les plus

+ Levier multifonction

+ Paramétrage de la console

+ Traction

+ Confort

Les moins

- Consommation de GNR

- Identification du boost

- Accès au filtre de climatisation

Fiche technique

John Deere 6250R

 

Moteur

• Puissance maxi (TR14396) sans/avec boost : 275 ch / 300 ch à 1 900 tr/min

• Couple maxi (sans/avec boost) : 1 167 Nm  / 1 214 Nm à 1 600 tr/min

• Cylindrée : 6 788 cm3

• Norme et système de dépollution : Tier 4f avec EGR+DOC+FAP+SCR

• Capacité d’huile du moteur : 23,5 l

• Intervalle de vidange : 750 h

 

Transmission

• Type : variation continue

• Régime moteur à 40 km/h : 1 304 tr/min

• Régimes de prise de force et régimes moteur correspondants :

540/540E/1000 à 1 950/1 721/1 950 tr/min ou 540/1000E/1000 à 1 618/1 659/2 012 tr/min

 

Circuit hydraulique

• Type, débit, pression : centre fermé LS, 160 l/min à 205 bars

• Volume d’huile hydraulique exportable : 85 l

• Nombre de distributeurs : 6 distributeurs à l’arrière + 3 à l’avant

 

Relevage

• Capacité de levage (aux rotules/sur toute la plage) : arr. 10 400 kg / 7 400  kg. av. 5 000 kg / 4 400 kg

 

Dimensions

• Capacité du réservoir (GNR/AdBlue) : 470 l / 25 l

• Hauteur hors tout : 3,25 m

• Empattement : 2,90 m

• Poids à vide : 9 300 kg

• Rayon de braquage : 6,32 m (voie de 2,05 m)

• Monte pneumatique du modèle essayé : 600/70R30 et 650/85R38

 

Prix

• Prix catalogue au 1er février 2018 sans/avec les options : 204 538 euros HT / 249 072 euros HT


En relation

Thumbnail
Zapping
500 chevaux et 8 mètres pour les semis de blé dur

Un tracteur de 500 chevaux, un Fendt 1050 Vario et un semoir de 8 mètres, un Köckerling Ultima,…

Thumbnail
Expertises
Un tracteur de tête lourd et puissant

Suite aux mauvaises récoltes de 2016, les frères Collumeau ont préféré se séparer de leur…

Thumbnail
Zapping
Un chantier de récolte de maïs grain hors-norme

On commence la saison du battage de maïs par un chantier hors-norme, filmé par Les Agri's des…

Thumbnail
Zapping
Un chantier de plantation de pomme de terre hors-norme

Les chantiers de plantation de pomme de terre sont souvent gourmands en main d'oeuvre et en…