Aller au contenu principal

Toutes les nouveautés du salon Viteff

Retrouvez une sélection de nouveautés dvoilées lors du salon Viteff

Vermande

Trois nouveaux enjambeurs

© L. Vimond

En collaboration avec le concessionnaire Hydro Viti, Vermande lance une nouvelle offre d’enjambeurs destinés à la Champagne. Elle complète l’enjambeur VV 1200 lancé l’an dernier à Épernay, dont elle reprend les principales caractéristiques : cabine, transmission hydrostatique Poclain. Baptisée 2204 V, cette nouvelle offre motorisée par Kohler se décline en trois puissances de 100 ch, 120 ch et 140 ch. Elle se distingue de la VV 1200 par un gabarit plus compact et par une voie variable mécanique, à définir à la commande, de façon à être plus accessible.

 

Ava-Viti

Une rogneuse à aspiration d’air

© L. Vimond

Le constructeur girondin dévoile une nouvelle rogneuse, dont l’aérodynamisme a été étudié pour aspirer le feuillage sans les grappes, permettant une coupe à une distance plus importante, laissant ainsi une marge de sécurité notamment quand on donne un mauvais coup de volant. Chaque lamier dispose d’une soupape de sécurité au cas où il toucherait accidentellement le sol, limitant ainsi tout dommage sur le lamier et le circuit hydraulique. Ce dernier intègre un bloc distributeur, piloté depuis un boîtier électronique en cabine et alimenté par une seule ligne hydraulique.

 

Franquet

Travail du sol pour la viticulture

© L. Vimond

Bien connu en grandes cultures, le constructeur de matériels de travail du sol Franquet débarque avec une offre de solutions de travail du sol. L’Axonais propose ainsi des outils porte-dents capables de scalper en surface, ou de décompacter en profondeur en ôtant les ailettes. Selon le type de sol, différentes sécurités de dents sont proposées, à ressort (deux types proposés) ou à élastomère. Derrière, il est possible d’installer des rouleaux à barres classiques ou un rouleau Synchrospire (deux spires entrelacées). Ce dernier rouleau est aussi utilisé en solo en viticulture en guise de rolofaca.

 

Thiérart

Une benne pour les Grégoire G5

© L. Vimond

Pour les tracteurs enjambeurs polyvalents Grégoire G5, Thiérart propose un plateau à ridelles de dimensions 150 x 230 cm, capable de benner derrière, à gauche ou à droite.

 

ETR Breton

Des rouleaux bêches pour aérer

© L. Vimond

Afin d’aérer le sol, ETR Breton monte des rouleaux bêches à quatre branches de 60 cm de large. Ces rouleaux sont orientables selon trois positions pour un travail plus ou moins agressif.

 

Collard

Effeuiller avec l’enjambeur qui pulvérise

© L. Vimond

Afin d’optimiser l’utilisation des enjambeurs, le constructeur champenois propose de monter le bloc compresseur de son effeuilleuse deux rangs en position centrale, sous la cabine, afin de laisser libre le plateau supérieur arrière, pour y placer une cellule de pulvérisation par exemple.

Collard

Effeuilleuse motorisée sur chenillard

© L. Vimond

Pour faire face au manque de puissance, notamment hydraulique, de certains chenillards, Collard propose d’installer un moteur pour animer l’outil, le moteur du chenillard ne servant alors plus qu’à l’avancement.

L’ensemble moteur et effeuilleuse se monte et se démonte rapidement.

 

Collard

Des Turbipano en Champagne

© L. Vimond

Collard s’est associé avec Dagnaud pour adapter des panneaux récupérateurs sur des enjambeurs. Traitant quatre rangs complets, les panneaux coulissent pour revenir à une largeur hors-tout semblable à celle de l’enjambeur en position route. Les panneaux sont montés sur glissière, ce qui permet de les lever entièrement pour passer aisément au-dessus des vignes. Selon les besoins du viticulteur, Collard peut brancher cet équipement de pulvérisation sur des cellules existantes.

 

Ravillon

Le RTK à la sauce champenoise

© L. Vimond

Pour faire face à la multitude de petites parcelles de vigne de Champagne, le concessionnaire Ravillon s’est appuyé sur son réseau de 38 balises GPS pour développer une solution facilitant la vie des viticulteurs et surtout des entrepreneurs en prestation de pulvérisation, baptisée RTK + (Ravillon Technologie Konnected). Cette solution comprend l’arpentage de toutes les parcelles des clients du viticulteur, ainsi que l’équipement en débit proportionnel à l’avancement (70 % du parc champenois n’est pas équipé) et en coupure de rangs, selon la dotation de départ de l’enjambeur de pulvérisation. Géolocalisé, le système RTK + s’appuie sur un terminal Isobus en cabine qui colore les rangs travaillés, guide l’opérateur dans le positionnement dans le bon rang lors des demi-tours, informe des limites de parcelle (pas toujours visibles à l’œil nu) et des zones à risques. Aussi, il coupe automatiquement les rangs un à un et indique au chauffeur le chemin le plus court pour aller d’une parcelle à une autre. Gérant le débit en fonction de la vitesse d’avancement donnée par l’antenne GPS, cette solution décharge le conducteur de nombreuses tâches, celui-ci n’ayant plus qu’à se concentrer sur la conduite et l’ouverture et la fermeture de la rampe.

Enfin, une fois la parcelle traitée, le client final reçoit aussitôt de manière automatique un SMS l’informant que la parcelle est terminée, mais aussi du délai de ré-entrée.

Fort de 650 hectares d’expérience cette saison, Ravillon annonce jusqu’à 30 % d’économie en phytosanitaires.

 

Kremer

Un enjambeur électrique pour le travail du sol

© L. Vimond

Afin d’exploiter pleinement l’enjambeur électrique, Kremer Energie décline une version dite T4H, dont l’un des packs de batteries a été déplacé derrière la cabine. Il libère ainsi de la place pour positionner un outil de travail du sol tiré en position centrale, ce qui n’était pas possible avec le T4E. Les autres caractéristiques restent identiques à son aîné.

Kremer Energie propose également en option un chargeur rapide, pour recharger en 3 heures au lieu des 8 heures habituelles.

 

Kremer Viticole

Une prétailleuse qui rentre dans la camionnette

© L. Vimond

Le concessionnaire adapte un support mobile et pivotant pour monter une prétailleuse sur une chenillette. Monté sur support coulissant, un contre-poids se déplace vers la gauche en même temps que la prétailleuse se déporte vers la droite pour équilibrer l’ensemble. En outre, le support est rotatif pour pivoter la prétailleuse vers l’avant en position transport et pour pouvoir charger l’ensemble dans une camionnette.

 

Vitibot

Le robot 2.0 sera électrique

© Vitibot

La start-up champenoise enclenche une nouvelle étape dans le développement d’automoteurs robotisés pour la vigne. Les visiteurs ont ainsi pu découvrir l’ébauche graphique d’un futur engin autonome enjambeur animé électriquement. La solution d’enjambement a été privilégiée pour une question de stabilité. Doté de quatre roues motrices et directrices, l’engin devrait avoir une autonomie de 10 à 12 heures.


En relation

Thumbnail
Entreprises
Malécot Poirier reprend Parigot et s’établit dans le chablisien

Les établissements Parigot, établis depuis 1954 à Ligny-le-Châtel dans l’Yonne,…

Thumbnail
Entreprises
Mathilde Lapeyrère, responsable communication et promotion des ventes chez Berthoud

La société Berthoud, spécialiste des matériels de pulvérisation, vient de recruter Mathilde…

Thumbnail
Entreprises
Portes ouvertes en septembre à Roynac et octobre à Pierrelatte

Le concessionnaire Sicoit, qui fête cette année ses 100 ans, représente New Holland…

Thumbnail
Expertises
Travailler sans angle mort

Les caméras embarquées font partie du quotidien des viticulteurs depuis quelques années,…