Aller au contenu principal

« Je suis un agritesteur connecté »

Bertrand Chauffert utilise une douzaine d’objets connectés sur son exploitation dans le but de gagner en précision, de sécuriser ses prises de décision et de faciliter son quotidien.

Au départ, j’ai répondu à l’appel de Nexxstep Technologies, une société chalonnaise spécialisée dans les objets connectés, explique Bertrand Chauffert. Elle recherchait un agriculteur à proximité du siège pour tester les prototypes d’objets connectés en développement. » Situé à Saint-Memmie, en périphérie de Châlons-en-Champagne, l’agriculteur a été retenu pour son profil d’agriculteur type de la région, avec une taille d’exploitation moyenne de 135 hectares (blé, orge, escourgeon, colza, betteraves), des productions correspondant au bassin local et un attrait dans la moyenne pour la technologie (guidage GPS, cartographies de rendement de d’apports azotés via drone). En échange d’une certaine disponibilité pour tester les solutions et de la mise à disposition de locaux pour pouvoir accueillir des visiteurs, Bertrand Chauffert bénéficie des différents objets une fois ceux-ci au point. L’agriculteur continue en parallèle ses pratiques habituelles, au cas où l’objet testé n’est pas fonctionnel.

Keyfield suit le flux des produits phytosanitaires

Tout a commencé par le Keyfield. Ce système permet de tracer les produits phytosanitaires dès leur arrivée dans l’exploitation à leur application au champ, en passant par les entrées et sorties du local phytosanitaire. Même la traçabilité des bidons est assurée, avec une balise juste au-dessus de la poubelle prévue à cet effet. La seule opération que l’agriculteur réalise consiste à poser des puces RFID lorsque les bidons arrivent sur l’exploitation. Ensuite, les balises à l’entrée du local, sur le pulvérisateur (couplé à un GPS) permettent de tracer automatiquement (sans aucune intervention humaine) les flux de produits, y compris lorsque le bidon n’est pas vidé complètement, grâce à un peson connecté. Bertand Chauffert teste une version dite Flash, sans pose de puce RFID, mais avec scannage des codes-barres ou des flash-codes.
Capable de distinguer le rinçage de la cuve d’une application de bouillie, la balise sur le pulvérisateur ajoute une information géographique à la traçabilité. Ces informations sont exportables et exploitables par bon nombre de logiciels parcellaires (Atland, Isagri, MesParcelles). Remise à jour continuellement, la base de données Keyfield donne des alertes en temps réel lorsque les produits ne sont plus utilisables.

Suivi sur ordinateur, tablette ou smartphone

En tant que testeur, l’agriculteur met un point d’honneur à ce que ces outils connectés soient simples et ergonomiques. "Ils doivent nous faciliter le quotidien, comme le Keyfield qui transforme la fastidieuse traçabilité en quelque chose de transparent, et nous aider dans la prise de décision, résume l’agriculteur. Ce sont aussi des outils peu coûteux avec une bonne autonomie." Le céréalier apprécie de pouvoir visualiser les données collectées par les objets connectés, et éventuellement d’interagir avec eux depuis une interface simple sur PC, tablette ou smartphone. Et chaque solution nouvelle apportée inspire d’autres solutions, comme une aide pour bien ranger le local phytosanitaire.

Ludovic Vimond


En relation

Thumbnail
Nouveautés
Y a-t-il un pilote dans le Quadtrac ?

Décidément, CNH n'en finit pas avec les annonces sur les tracteurs autonomes.

Thumbnail
Nouveautés
Autoguidage et télématique pour le Tellus Pro

Le terminal Isobus à deux écrans IsoMatch Tellus est décliné dans une version Pro.

Thumbnail
Expertises
Les objets connectés surfent sur Sigfox et LoRa

Surveillance des flux de produits phytosanitaires, gestion de l’irrigation, surveillance des…

Thumbnail
Nouveautés
Ajustement automatique du semis

Placé devant le tracteur, le capteur TSM-Iso Connect (Top soil mapper) mesure en direct, le taux…