Aller au contenu principal

Les nouveautés du Sitevi

Braud 9000 L et M, Braun avec un semoir APV, enjambeur électrique Voltis, la table de tri VitiSelect chez Grapeliner : voici quelques-unes des nouveautés qui ont été présentées au salon Sitevi.

Massey Ferguson

Deux versions pour les MF 3700

© Massey Ferguson

Succédant aux MF 3600 Xtra, les MF 3700 adoptent une motorisation quatre cylindres AgcoPower avec rampe commune d’injection offrant plus de couple et de puissance. La gestion électronique du bloc moteur donne accès à la mémorisation de deux régimes moteur. Le réagencement du système électronique et du système de contrôle des émissions a permis d’abaisser le capot, pour gagner en visibilité. Alimentée par un réservoir dont la capacité a été augmentée à 74 l (+ 30 l en option), la nouvelle motorisation espace les fréquences d’entretien à 600 heures Cette nouvelle gamme se décline en cinq versions : vignes étroites V, vignes larges S, fruitiers F, surbaissés G et les nouveaux fruitiers larges WL.

 

Les MF 3700 se déclinent désormais en deux versions, l’une appelée Essential, d’entrée de gamme, l’autre appelée Efficient. Dotée d’un arceau ou d’une cabine, la première abrite une transmission mécanique 24/24, un circuit hydraulique délivrant 95 l/min, deux distributeurs mécaniques (jusqu’à six) et un relevage arrière mécanique. À cela s’ajoute en option, des distributeurs supplémentaires, un relevage et une prise de force avant, ainsi qu’un choix de transmissions : 24/24 mécanique avec doubleur mécanique ou hydraulique ou 24/12 avec doubleur hydraulique. Sur cette dernière, les commandes de doubleur et d’inverseur sont logées sur le levier de vitesses. Uniquement déclinée avec une cabine, la version Efficient propose de série une transmission Power Shuttle 24/12 avec doubleur et inverseur hydraulique pouvant atteindre 40 km/h, y compris en version étroite V, un circuit hydraulique délivrant jusqu’à 120 l/min, deux distributeurs électriques arrière et un latéral pouvant débiter jusqu’à 45 l/min, ainsi qu’un relevage électronique. Sur cette version, l’opérateur pilote embrayage, transmission et outils sur le joystick de transmission.

Compatible avec un chargeur frontal, le relevage avant d’une capacité de 1,25 à 1,68 t est proposé seul ou avec une prise de force avant (540 ou 1000 tr/min au choix). À l’arrière, Massey Ferguson offre le choix entre les régimes 540, 540 éco, 1000 tr/min et proportionnelle à l’avancement. Si pour les prises de force, l’activation est électrohydraulique de série, elle l’est en option pour l’enclenchement du pont avant. Dans ce cas, le pont avant s’enclenche et se désactive automatiquement en deçà et au-delà d’un certain angle de braquage.

Pour le transport, les MF 3700 sont équipés d’un double circuit pour le freinage hydraulique des remorques.

Pour la manutention, les déclinaisons S, F et WF disposent en option d’un chargeur monté d’usine, piloté avec un joystick mécanique sur les versions Essential, électrohydraulique sur les Efficient.

En cabine (de catégorie 2), outre la console repensée, les changements concernent un nouveau tableau de bord numérique, la climatisation, un rétro intérieur, des rétros extérieurs électriques, ainsi que de nouvelles optiques.

Enfin, certains modèles accueilleront un pont avant suspendu courant 2018.

Modèle : MF 3707, MF 3708, MF 3709 et MF 3710

Puissance : 75, 85, 95 et 105 ch

Relevage : 2,5 ou 3 t

 

Kuhn

Deux nouvelles gammes de broyeurs à sarments

© Kuhn

Capables de broyer des résidus de bois respectivement jusqu’à 5 et 8 cm, les nouvelles gammes de broyeurs BV 10 et BV 100 disposent d’une grande ouverture de caisson (29 et 32 cm) pour absorber de grands volumes de sarments. Leurs rotors (398 et 423 mm de diamètre) reçoivent des marteaux cuillers de 1,2 kg chacun et trois contre-lames. Le design de ces marteaux a été étudié pour ne pas endommager le rotor en cas de retour de la pièce de broyage, limitant à long terme les usures et les déséquilibres de rotor, générateurs de vibrations. Dotés d’un boîtier de 90 ch, les BV 10 se déclinent de 0,96 à 1,53 m, tandis que le boîtier de 110 ch des BV 100 autorise des largeurs de travail de 1,53 à 2,28 m.

 

Rabaud

Un broyeur qui s’adapte aux mini-pelles

© Rabaud

Pour valoriser le matériel d’excavation présent sur l’exploitation, Rabaud propose une gamme de tête de broyage s’adaptant sur les pelles de 2 à 12 t. Baptisée Xylor, elle se décline en largeurs de 60 à 1,60 m et peut traiter des branches jusqu’à 8 cm de diamètre. Entraîné directement ou via des courroies, le rotor hélicoïdal reçoit des marteaux.

 

Caffini

Un rideau d’air pour réduire la dérive

© Caffini

Le constructeur italien fait évoluer son pulvérisateur à panneaux récupérateurs Drift Stopper avec le système Blade Air qui consiste à générer un rideau d’air pour empêcher les particules de dériver.

Caffini présentera sa nouvelle génération de désherbeur à eau sous haute pression Grass Killer, dont une version à double tête montée à l’avant du tracteur a été présentée et récompensée à Enovitis in Campo (cf. Réussir Vigne de septembre 2017).

 

Pellenc

Optimum 780 : elle a toute d’une grande

© Pellenc

Le Vauclusien étoffe son offre en machines à vendanger, avec l’Optimum 780. Destinée aux vignobles à gros rendements comme les Charentes ou le Gers, cette machine hérite de l’Optimum 890 d’une tête de récolte XL, tout en ayant un gabarit ramassé. Elle dispose de convoyeurs larges, d’une longueur d’étanchéité de 2,86 m permettant des vitesses de travail élevées. Accueillant jusqu’à 4,2 tonnes de raisin, les deux bennes sont montées sur une cinématique permettant la vidange dans des bennes très hautes (jusqu’à 3,23 m). D’une puissance de 175, sa motorisation, signée Perkins, répond aux dernières normes antipollution Tier 4 final, en compilant catalyseur SCR (AdBlue) et filtre à particules. Tous les autres modèles de la gamme Optimum bénéficient également de cette nouvelle génération de moteurs.

 

Beiser

Une gamme de bennes basculantes

© Beiser Environnement

Entièrement galvanisée, la gamme de bennes basculantes de Beiser se compose de six modèles de 300, 600, 1 000, 1 500, 2 000 et 3 000 litres. Montées sur roulettes pour être facilement transportable, ces bennes disposent d’un levier de basculement pour en faciliter le bennage et de passages de fourches pour la manutention avec un chariot élévateur.

 

Braun

Semer avec des disques émotteurs

© Braun Maschinenbau

Le constructeur allemand propose d’équiper son outil de travail du sol à disques émotteurs X-Cross d’un semoir APV. Doté d’une distribution électrique, ce semoir dépose les graines pour l’enherbement juste devant le rouleau barre.

Par ailleurs, Braun prépare un châssis télescopique baptisé Vario proposant une course de plus d’un mètre pour les vignes larges de 2 à 3 mètres (exemple Charentes).

Enfin, le constructeur allemand continue d’améliorer l’ergonomie de ses outils avec un nouveau joystick dont les distributeurs hydrauliques disposent d’un réglage de débit.

 

New Holland

Renouvellement des Braud 9000

La gamme de machines à vendanger vignes larges et intermédiaires Braud 9000 L et M passent la nouvelle norme antipollution Tier 4f sans EGR, ni FAP. Au passage, de cinq modèles la nouvelle gamme passe à quatre. Motorisé par un quatre cylindres, la 9040 M est remplacée par la 9070 M et voit sa puissance évoluer de 141 à 163 ch. La 9040 L laisse place à la 9050 L, animée par un bloc de 144 ch. Dotées d’un bloc six cylindres les 9060 et 9080 L (151 et 163 ch) sont remplacées par la 9070 L abritant un moteur quatre cylindres de 163 ch. Enfin la 9090 L gagne 7 ch et développe désormais 182 ch. La nouvelle gestion IMS 2.0 optimise le régime moteur en fonction des besoins, y compris sur la route, atteignant 25 km/h à 1 800 tr/min.

Cette nouvelle offre hérite des secoueurs spéciaux grappes basses des Braud 8000. Elle dispose d’un séquençage de bout de parcelle permettant en deux clics d’enchaîner toutes les fonctions en sortie et en reprise de rang. L’opérateur peut également enregistrer et rappeler jusqu’à quarante configurations de réglages en fonction du cépage, de la jeunesse de la vigne, de son port, etc.

Concernant la tête de récolte, les modèles vignes larges voient leur système de fixation des norias évoluer avec des clips solidarisant les godets entre eux. Résistant à une pression de 25 kg, ces clips servent de soupapes et rompent en cas de sollicitation trop forte, plutôt que ce soit le godet. La tension des norias s’effectue maintenant à l’aide d’une manivelle. En option, deux cônes servent à extraire les bois devant les extracteurs. Les sorties d’extracteurs se font désormais vers l’arrière pour ne pas soulever de poussière. Optionnels, les égreneurs Optigrape bénéficient d’un réglage simplifié de leur hauteur à l’aide de la manivelle. Depuis la cabine, l’opérateur peut débrayer l’égreneur, ouvrant une trappe et changeant alors de sens le tapis. Couplé à des capteurs avant et arrière sur chaque benne, le remplissage de ces dernières est automatisé commençant vers l’avant jusqu’à un taux de remplissage paramétré par le chauffeur. Puis la vis de répartition s’inverse pour remplir vers l’arrière avant de terminer par des séquences courtes avant-arrière.

Pendulaire, la tête de récolte se bloque automatiquement dès que l’on passe en gamme route, mais aussi lorsque l’on dépasse 7 km/h en bout de rang.

En option, New Holland propose un capteur de pesée sur le vérin de bennage permettant une mesure d’une précision de 1,5 % du poids dans chaque benne. Couplée à la distance parcourue pour remplir ces bennes, cette information permet à la machine de donner une estimation de la distance restant à parcourir, si l’opérateur ne souhaite pas dépasser un volume journalier par exemple.

Les capacités des bennes sont à la hausse, atteignant 3 100 l sur la 9070 M, 3 600 l sur les 9050 et 9070 L et même 4 000 l sur la 9090 L. Ajoutons que les trois modèles pour vignes larges peuvent dorénavant être proposés en benne centrale de 3 000 l pour le Gers et le Cognac.

De catégorie 2 de série (catégorie 4 en option), la cabine est accessible à l’aide d’une échelle électrique et abrite un terminal Intelliview IV.

Enfin, ces machines ont été repensées pour réduire par deux le temps de lavage. Dans un premier temps, l’opérateur branche l’arrivée d’eau pour mettre en place le prélavage, grâce à sept sorties d’eau qui arrosent et trempent la tête de récolte pendant une dizaine de minutes. Ce circuit d’eau intègre en haut et en bas des connexions pour brancher une lance et terminer le lavage. Comme sur la 9080 N, l’opérateur évolue sur une plateforme haute plate sécurisée par des garde-fous. Une télécommande pouvant prendre place dans une poche de la combinaison prévue à cet effet permet d’actionner les différents organes sans avoir à retourner en cabine.

 

Tecnoma

Performances accrues sur les enjambeurs

© Tecnoma

Bénéficiant d’un nouveau look, l’enjambeur électrique Voltis bénéficie d’évolution concernant son autonomie, accrue de 30 %, grâce à un pack batteries de 100 kW/h au lieu de 76.

Sur ses enjambeurs à motorisation thermique, Tecnoma sort progressivement sa gamme Evo. Elle se caractérise par une nouvelle motorisation Deutz répondant, selon les modèles, à la norme antipollution Tier 4i (avec filtre à particules) ou Tier 4f (avec filtre à particules et AdBlue). Le Champenois présentera ainsi le porteur P 140 Evo (4 roues, moteur bas), le T 140 HHV (4 roues, moteur haut voie variable hydraulique), le TXH 110 Evo (3 roues moteur bas voie variable hydraulique) et le TPH80 CD (monorang, conduite déportée).

Tecnoma présente aussi une nouvelle interface pour les outils de travail du sol entre roues. Compacte, elle permet l’attelage d’outil combiné dans un empattement limité.

 

Tecnoma

Boggie hydraulique sur le Vectis

© Tecnoma

Le pulvérisateur traîné Vectis est proposé en option avec un nouveau boggie sur quatre roues basse pression. Ce dernier est amorti au roulage grâce à un vérin hydraulique, qui soulève l’essieu arrière lors des demi-tours pour éviter les ripages.

Par ailleurs, le pulvérisateur semi-porté Duo reçoit désormais une turbine de plus grand diamètre qui atteint désormais 560 mm (35 ch), contre 450 mm (26 ch) auparavant.

Enfin, Tecnoma propose pour les cellules Millésime et les pulvés Vectis Précijet le système Vititop. Intégrant un terminal Isobus, il donne accès à toutes les applications liées au GPS et à la localisation intra-parcellaire. Composé d’une antenne RTK, ce pack propose le guidage et la localisation dans la parcelle, la coupure automatique de tronçons, la gestion des cartographies et de la documentation (logiciel FMIS), ainsi que l’exécution de la modulation de dose à partir d’une carte de préconisation.

 

Ero

La table de tri gagne en performances

© Ero Geratebau

Sur les machines à vendanger Grapeliner, la table de tri VitiSelect dispose désormais d’un écartement hydraulique entre les rouleaux piloté depuis la cabine. En outre, lorsque la machine travaille dans des portes importantes (jusqu’à 28 %), l’égrappoir s’inverse de manière à mieux répartir les baies sur la table de tri.

 

Friuli

Un pulvé de 600 litres

© Agricolmeccanica

La gamme de pulvérisateurs à panneaux récupérateurs continue de s’étoffer avec un modèle de 600 litres semi-porté pour les vignes de 1,40 à 1,90 m. Baptisé Drift Recovery VVER 600, il dispose d’une pompe de 96 l/min, d’un essieu tandem et d’un ordinateur de bord MRP2 à cinq programmes de travail, que l’opérateur peut enregistrer et rappeler.

 

VitiMeca

Une lame interceps sans palpeur

© Vitimeca

D’un poids de 8 kg, la lame Mecalame travaille une bande de 35 cm à une profondeur de 2 à 3 cm contrôlée par une roue de jauge. Ne nécessitant pas ou peu de débit hydraulique, ce système se règle selon la résistance des sols.

 

CGC Agri

Un joystick ergonomique

© CGC Agri

L’Ecocep S3 est désormais équipé d’un joystick qui pilote l’outil de travail du sol en tant que tel, mais aussi l’écartement hydraulique, le relevage vertical et la correction de dévers. Sur un enjambeur doté de deux Ecocep S3, le joystick permet de commander les deux côtés indépendamment ou simultanément.

L’Ecocep S3 inaugure un nouveau palpeur plus sensible, dont les réglages s’effectuent horizontalement et verticalement, sans outil, uniquement à l’aide d’une goupille.

Intégrée au parallélogramme de l’Ecocep S3, une nouvelle fixation permet de combiner avec une autre pièce travaillante (côte de melon, soc bio, dent d’ouverture), afin d’ouvrir les sols plus compacts et permettre un bon travail de l’Ecocep.

Par ailleurs, CGC Agri propose un cadre à dents chisels, composé de 3, 5 ou 7 pièces travaillantes et doté d’un relevage pour faciliter les manoeuvres en bout de parcelles.

Enfin, pour la gestion de hauteur, une nouvelle roue de jauge intégrant une manivelle fait sont apparition au catalogue.


En relation

Thumbnail
Nouveautés
Une benne inox de 8 hectolitres

Gimbre

Thumbnail
Nouveautés
Un semoir direct

Le constructeur girondin propose un semoir direct pour les vignes à partir de 1,50 m d’interrang…

Thumbnail
Nouveautés
New Holland décline son tracteur autonome pour la vigne

A l'occasion du World Ag Expo 2018, à Tulare en Californie, New Holland dévoile une nouvelle…