Aller au contenu principal

McCormick X7.450 VT-Drive avec chargeur MPower 140 : « Une finition aboutie »

La semaine de prise en main, réalisée en juin dernier, a permis de solliciter le tracteur au transport, attelé à une benne de 16 tonnes. Le X7.450 a également fait ses preuves aux travaux de fenaison, avec une faucheuse portée de 2,80 m ou à l’entretien des prairies avec une herse de prairie de 5,40 m. Enfin, la manutention s’est résumée à la manipulation de balles. © G. Coisel

Sébastien Gautard, agriculteur à Saint-Germain-de-Montgommery, dans le Calvados, nous livre ses impressions à l’issue d’une trentaine d’heures aux commandes d’un McCormick X7.450 VT-Drive de 160 chevaux.

La série X7 VT-Drive regroupe trois modèles quatre cylindres de 143 à 166 chevaux motorisés par un bloc FPT de 4,5 litres et deux modèles six cylindres 6,7 litres de 175 et 192 chevaux. Tous répondent aux normes Tier 4i, grâce à un catalyseur SCR (AdBlue). Le moteur dispose d’un boost (12 ch sur le X7.450) au transport et à la prise de force. La transmission d’origine ZF à quatre plages de vitesses équipe l’intégralité des modèles et propose quatre modes de conduite (Auto mode, Manual mode, PTO mode et Cruise mode).

La cabine à quatre montants fait la part belle à la visibilité, l’ergonomie et la finition. D’autres options équipent le tracteur essayé : pont avant suspendu équipé de freins à disques à bain d’huile, cabine suspendue, quatre régimes de prise de force. Enfin, le chargeur est d’origine Manip.
Le X7 quatre cylindres est décliné en deux autres versions Efficient et standard. Les trois modèles X7 standard profitent d’une transmission PS-Drive à quatre rapports powershift et six gammes. Quant aux trois modèles X7 de la version Efficient, ils se différencient par des commandes simplifiées (absence d’accoudoir multifonction et de terminal, tableau de bord simplifié, sans automatismes de bout de champ).

Les conditions du test

La semaine de prise en main, réalisée en juin dernier, a permis de solliciter le tracteur au transport, attelé à une benne de 16 tonnes. Le X7.450 a également fait ses preuves aux travaux de fenaison, avec une faucheuse portée de 2,80 m ou à l’entretien des prairies avec une herse de prairie de 5,40 m. Enfin, la manutention s’est résumée à la manipulation de balles.

 

En cabine « Un sans faute »

L’accès à la cabine quatre montants se fait sans difficulté. Rien à redire de l’environnement spacieux et confortable de l’habitacle. L’insonorisation est correcte, la luminosité bonne et la climatisation efficace et silencieuse. J’apprécie également la qualité des matériaux employés, ainsi que la finition soignée. Une fois installé, je me sens tout de suite bien, même si les imposants montants arrière masquent un peu trop la visibilité à mon goût.

Le terminal couleur et tactile est une réussite. Il est lisible, intuitif et complet. Il est grand et par conséquent masque un peu la visibilité sur la droite. Je trouve frustrant le fait de ne pas pouvoir accéder à tous les menus et fonctions alors que ceux-là sont affichés. Ils auraient dû être masqués en fonction des finitions ou options choisies. On s’attend également à faire un plus grand nombre de réglages et de validations via le terminal, plutôt que par différents boutons ou levier.
Le tableau de bord est lui aussi très agréable, bien pensé, mais il fait trop concurrence au terminal. Plus d’informations devraient définitivement migrer vers le terminal.

L’ergonomie des commandes est bien pensée. L’accoudoir multifonction est appréciable et complet. Seules les commandes mécaniques de sélection de régime de prise de force dénotent avec le reste. La commande des phares est également décentralisée. Idem pour celle de la climatisation, en haut du montant gauche de la cabine, ce que je trouve moins pratique. Le coupe batterie, à gauche du tableau de bord est vraiment une bonne idée. À l’extérieur, les commandes des ailes arrière sont complètes et offrent la possibilité de commander un troisième point hydraulique.

Au travail « Des sécurités trop présentes »

Au transport, le confort domine grâce à des suspensions de pont avant et de cabine qui se complètent bien. J’ai testé la transmission avec les deux modes de conduite, joystick et pédale, avec une préférence pour cette dernière, le joystick manquant de précision pour rester au contact de l’ensileuse. À la conduite, j’ai apprécié la nervosité du moteur quatre cylindres. Il a tendance à s’écraser quel que soit le mode de conduite, mais repart vite par la suite (NDLR : au moment de l’essai, la gestion du moteur/transmission était mal paramétrée). Le blocage de l’essieu suiveur m’a fait quelques frayeurs : la commande hydraulique se désactive à chaque descente du siège. Du coup, si on oublie de la déverrouiller on peut donner l’ordre de bloquer l’essieu sans pour autant que cela n’agisse sur le système hydraulique.

À la faucheuse, j’ai privilégié le régime de prise de force 540 éco. Le tracteur ne faiblit pas, il maintient les 10 km/h de consigne dans les parcelles planes. Concernant les vitesses programmées, je regrette une nouvelle fois de privilégier le joystick et les boutons pour les paramétrer plutôt que le terminal. J’apprécie la mémoire du régime de prise de force et les séquences de bout de champ. J’aime aussi la possibilité d’utiliser différents compteurs d’hectares qui peuvent être dédiés à chaque outil.

Au chargeur, les performances hydrauliques sont de premier ordre. Son gabarit est imposant mais normal par rapport à la puissance du tracteur. La conception en acier HLE me surprend toujours car à pleine charge, le godet bouge en bout de brancard. L’attelage/dételage est très délicat et demande une certaine habitude, du fait du manque de visibilité sur les crochets notamment. Même constat pour les outils frontaux. J’apprécie l’angle de cavage chargeur baissé, ce qui n’est pas le cas une fois levé, car il n’est pas assez important. Le point le plus agaçant est cette sécurité bloquant l’hydraulique à chaque descente du siège. À chaque remontée, il faut appuyer quelques secondes sur un bouton pour la déverrouiller ou penser à appuyer sur un autre bouton avant de descendre.

Entretien « Des bonnes idées »

Le capot monobloc offre un bon dégagement et la présence d’un chargeur ne perturbe pas trop l’entretien. La jauge à huile est à portée de main. Les radiateurs se déploient en accordéon. Le filtre à air est perché juste au-dessus du moteur, au plus près du pare-brise. Le filtre à air de cabine, quant à lui, est un peu plus difficile d’accès, depuis le marchepied, mais se démonte sans outil. La casquette de toit s’en trouve être plus épaisse, ce qui n’avantage pas le design extérieur : mais ce n’est pas gênant pour autant. À droite du moteur, le filtre à huile est monté la tête à l’envers, ce que je trouve peu pratique lors de son remplacement. De l’autre côté, les filtres à carburant sont bien accessibles. Le remplissage des deux réservoirs, à gauche, est bien étudié.

Les plus

Habitacle abouti

Terminal simple

Coupe batterie bien placé

Les moins

Verrouillage des commandes

Attelage chargeur compliqué

Casquette de toit épaisse

 

Fiche technique X7.450 VT-DRIVE

Moteur

• Puissance maxi (ISO TR14396) sans/avec boost : 150/160 ch à 1 900 tr/min

• Couple maxi (sans/avec boost) : 634/670 Nm à 1 400 tr/min

• Cylindrée : 4 500 cm3

• Norme et système de dépollution : T4i avec SCR

• Capacité d’huile du moteur : 10 l

• Intervalle de vidange : 500 h

Transmission

• Type : transmission à variation continue ZF TMT 16 à 4 plages

• Régime moteur à 40 km/h : 1 516 tr/min

• Régimes de prise de force et régimes moteur correspondants : 540/540E à 2 000/1 600 et 1 000/1000Eco à 2 000/1 600 tr/min

Circuit hydraulique

• Type, débit, pression : LS 123 l/min

• Volume d’huile hydraulique exportable : 40 l

• Nombre de distributeurs : jusqu’à 6 distributeurs à commandes électrohydrauliques

Relevage

• Capacité aux rotules sur toute la course : 9 300 kg

Dimensions

• Capacité du réservoir (GNR/AdBlue) : 280/38 l

• Hauteur hors tout : 3,05 m

• Empattement : 260 cm

• Poids à vide : 5 750 kg

• Rayon de braquage : 5,90 m

• Monte pneumatique du modèle essayé (av/ar) : 540/65 R28 et 650/65 R38

• Prix catalogue au 1er février 2016 sans/avec les options : 125 475/136 618 € HT


En relation

Thumbnail
Nouveautés
SIMA 2017 - McCormick : Les X7.6 changent de moteur et de transmission

Les quatre modèles X7.6 PS-Drive adoptent une nouvelle motorisation conforme à la norme Tier 4f…

Thumbnail
Zapping
Ensilage d'herbe : les chevaux sont de sortie

C’est en Belgique que ce chantier d’ensilage d’herbe démesuré a été tourné par…

Thumbnail
Nouveautés
SIMA 2017 - Valtra : Trois empattements et deux moteurs pour les A4

Après les S4, T4 et N4, la série de tracteurs A4 complètent la quatrième génération en adoptant…

Thumbnail
Nouveautés
Massey Ferguson : Réglage automatique du troisième point

Le Dynamic Top-Link Control (DTLC) est un système électronique qui ajuste automatiquement la…