Aller au contenu principal

Des économies à réaliser avec le circuit hydraulique Power Beyond

Le circuit hydraulique Power Beyond présente de multiples intérêts, notamment en termes de longévité des composants et de confort d’utilisation. Disponible sur la quasi-totalité des tracteurs récents, il reste pourtant encore méconnu.

Bloquer la commande du distributeur hydraulique en position de pompage continu est une manœuvre réalisée fréquemment pour alimenter le moteur de la turbine du semoir, les électrovannes de l’essieu directeur de la benne ou encore le bloc d’électrodistributeurs de la tonne à lisier. Si cette action paraît anodine, elle n’est pourtant pas sans conséquence sur les composants sollicités. En effet, l’huile freinée en circulant au travers des tiroirs du distributeur subit un laminage, monte en température et se dégrade. Elle perd ainsi de ses pouvoirs et engendre, par conséquent, une baisse de rendement. « La puissance développée par le tracteur pour mettre en permanence l’huile en pression se traduit par une consommation inutile de GNR. Le laminage rime alors avec gaspillage », remarque Sébastien Dillies de Ropa France. Il s’avère alors important d’éviter ces dépenses en adaptant le débit fourni au besoin réel. Le procédé Power Beyond prend là tout son sens. Avec ce dispositif, le circuit de la machine est directement alimenté depuis la pompe hydraulique du tracteur sans restriction de débit.

Le débit adapté au besoin

Le raccordement entre les deux engins se limite au branchement de trois, voire quatre flexibles munis généralement de coupleurs à face plane (ISO 16028) : pression (P), retour direct au réservoir (T), pilotage load sensing (LS) pour solliciter la pompe uniquement en cas de besoin et drain optionnel (Y ou Dr) pour évacuer les fuites du ou des moteurs hydrauliques de la machine. Attention toutefois car les constructeurs n’utilisent pas systématiquement les mêmes connexions pour le circuit Power Beyond. Il est alors important de retenir un système de détrompage (coupleurs de tailles distinctes ou mâles et femelles intervertis), afin d’éviter tout risque de dommage au circuit. Avec ce principe, les différentes fonctions hydrauliques de l’équipement attelé se contrôlent depuis une console électrique ou électronique actionnant des électrovannes embarquées sur l’outil. L’opérateur gagne ainsi en confort de conduite, car il ne doit plus mémoriser les multiples fonctions habituellement gérées par une panoplie de distributeurs distincts.

L’intégration de nouvelles fonctionnalités facilitée

Le Power Beyond est compatible avec tous les outils aux besoins ponctuels ou permanents pour desservir des vérins ou des petits moteurs hydrauliques, dans les limites bien sûr du débit d’huile disponible sur le tracteur. « Nous montons aujourd’hui ce dispositif sur 80 % des remorques autochargeuses que nous commercialisons, indique Antony Lepeltier de Pöttinger France. Le système de pilotage load sensing du circuit Power Beyond permet de solliciter la pompe hydraulique du tracteur uniquement en cas de besoin pour, par exemple, relever le pick-up, avancer le tapis ou bloquer l’essieu suiveur. De son côté, le chauffeur apprécie de ne plus être contraint d’actionner le pompage continu, lorsqu’il arrive dans la parcelle ou au silo, et de le retirer avant de prendre la route. » Sur les matériels gourmands en débit hydraulique, le recours à la centrale hydraulique reste toutefois quasi incontournable. Ce procédé, imposant une animation par cardan, présente le grand intérêt d’éviter les mélanges d’huile entre le tracteur et l’outil, un critère apprécié par les utilisateurs de matériels en commun. La centrale hydraulique et le dispositif Power Beyond ne sont pas pour autant incompatibles. Ils cohabitent d’ailleurs sur certaines machines à l’instar des arracheuses à pommes de terre traînées. La centrale autonome dessert alors les éléments les plus exigeants en débit comme les moteurs hydrauliques. Le circuit Power Beyond alimente, lui, les vérins et autres asservissements. Il simplifie par ailleurs l’ajout de fonctionnalités sur un matériel, telles que l’installation sur un véhicule remorqué d’un compresseur entraîné par un moteur hydraulique pour fournir le système de télégonflage.

 

Deux configurations de circuit

Avec un circuit Power Beyond alimenté par une ou plusieurs pompes à cylindrée fixe (de type centre ouvert), il est nécessaire d’installer un shunt de bouclage pour permettre à l’huile de retourner au réservoir en l’absence d’outil exigeant de la puissance hydraulique. © John Deere

Le circuit Power Beyond n’équipe pas systématiquement les tracteurs. Certains tractoristes fournissent ce dispositif en standard, tandis que d’autres le proposent en option, voire prééquipent leurs engins et seuls les raccords sont à ajouter à l’arrière. Selon les composants déjà installés, le montage du dispositif représente un investissement allant de quelques centaines à plus de mille euros. Deux grandes configurations de circuit Power Beyond se rencontrent sur le terrain. La première, la plus courante, retient le pilotage load sensing (LS) et fonctionne avec une pompe à cylindrée variable. Celle-ci fournit précisément le débit demandé par la machine, grâce au signal de charge LS. La seconde repose sur une ou plusieurs pompes à cylindrée fixe. Dans cette configuration dite de circuit à centre ouvert, le débit de la pompe qui alimente le module Power Beyond de la machine est directement renvoyé au réservoir, lorsque qu’aucune fonction n’est pilotée.

Les coupleurs à face plane pour les gros débits

Les coupleurs à face plane sont plus faciles à nettoyer et présentent une meilleure étanchéité lors de leur accouplement que les traditionnels raccords à clapet push-pull. © Hydrokit

Les raccords hydrauliques à clapet de type push-pull (ISO 7241-1) sont légion sur les machines agricoles. Ils ne sont pourtant pas sans reproche. Ils manquent en effet de capacité à passer de gros débits et, de surcroît, ne sont pas très faciles à nettoyer. Le petit bidon de collecte situé sous les blocs des distributeurs trahit leur tendance à laisser échapper un peu d’huile à chaque accouplement. Plus performants, les coupleurs à face plane (ISO 16028) arrivent progressivement sur les engins agricoles. Ils équipent généralement les circuits Power Beyond. Ils autorisent des débits plus élevés et sont plus étanches lors de leur raccordement. À titre d’exemple, dans le catalogue de l’équipementier Hydrokit, un modèle à face plane de 1 pouce présente un débit maximal de 378 l/min et une pression de travail maximale admissible de 300 bars, tandis qu’un coupleur à clapet push-pull, de même dimension, présente des valeurs inférieures : 200 l/min et 230 bars. Les raccords à face plane sont aussi plus faciles à nettoyer et limitent ainsi les risques de pollution des circuits hydrauliques, mais aussi de l’environnement. Ils sont disponibles en version push-pull et à visser.


En relation

Thumbnail
Nouveautés
Des fraises spéciales agriculture bio

Les fraises rotatives SC se déclinent maintenant en versions Pro et Bio destinées aux tracteurs…

Thumbnail
Nouveautés
De l’acier HLE pour les remorques

La nouvelle gamme de remorques B-One se distingue par sa conception en acier HLE du châssis (4 …

Thumbnail
Nouveautés
Le coffre fondu dans la masse

La masse modulable pourvue d’un coffre intégré de 125 litres permet, par exemple, de transporter…

Thumbnail
Entreprises
Joël Foucher, itinéraire d’un patron fédérateur

Joël Foucher, directeur général de Krone France, s’apprête à faire valoir ses droits à la…