Aller au contenu principal

Weidemann eHoftrac 1160 : Le monde du silence

Nous avons pris les commandes du valet de ferme électrique Weidemann eHoftrac 1160. Compte rendu de nos impressions sur cette chargeuse articulée compacte.

Au premier abord, rien ne semble différencier de l’extérieur l’eHoftrac de la version diesel 1160. En effet, peu d’éléments le distinguent de son homologue à motorisation thermique. Le bloc moteur est juste remplacé par une grosse batterie, un convertisseur et deux moteurs électriques pour animer les deux pompes hydrauliques, d’une puissance de 6,5 kW pour la transmission et de 9 kW pour l’hydraulique. Cela représente une puissance totale de 15,5 kW, contre 23,4 kW pour la version thermique. Pourtant, du fait du bien meilleur rendement des moteurs électriques, il affiche des performances de manutention équivalentes. Les batteries sont disponibles en deux tailles, Weidemann conseillant la plus grosse (395 kg) pour une plus grande autonomie. Ces batteries sont données pour 1 200 recharges, soit entre 3 000 et 6 000 heures en fonction des conditions d’utilisation, à l’issue desquelles elles doivent être remplacées.

 

La gamme

L’eHoftrac 1160 appartient à la famille des chargeuses articulées Hoftrac, c’est-à-dire des valets de ferme compacts, à faible rayon de braquage et à centre de gravité bas. Cette famille se compose de onze modèles à poste de conduite basculant, dont deux (le 1140 et 1140 Basic line) plus petits (24 ch, 85 cm de large) que le 1160 thermique ou électrique. Le 1160 version thermique se décline en deux puissances (24 et 32 ch) et deux longueurs de bras. Sept autres modèles complètent l’offre par le haut, le plus gros modèle (1880) affichant une puissance de 50 ch, une charge de basculement en ligne de 2,3 tonnes et une hauteur maximale de 3,20 m au niveau du point de pivot. Au-dessus des Hoftrac, sept autres modèles (50 à 117 ch) se déclinent en versions à bras rigide ou à bras télescopique.

 

 

ON AIME

Silence

Nervosité

Maniabilité

ON AIME MOINS

Prix

Manette de troisième fonction hydraulique

En action Il a tout d’un thermique… et même plus

À manipuler du fumier dans un tas, l’eHoftrac 1160 affiche une très bonne prestation. Surprenant pour le novice, la motorisation électrique animant la transmission est à la fois coupleuse et nerveuse, se montrant réactive lorsqu’on appuie brusquement sur la pédale, tout en étant progressive ce qui évite le patinage. L’engin dispose d’un mode Eco, qui réduit la puissance délivrée pour la transmission sans pour autant impacter les performances de manutention : Weidemann conseille de l’utiliser en permanence, sauf pour des besoins de motricité élevée.

Avec son 1,05 m de large et son châssis articulé, l’eHoftrac est un engin passe-partout. Attention cependant comme pour tout valet de ferme articulé, de veiller à toujours baisser la charge au maximum pour les manœuvres. Pour ceux qui souhaiteraient un peu plus de sécurité, certaines montes de pneumatique élargissent l’automoteur à 1,30 m et même à 1,44 m en jumelant. L’appareil est doté du toit optionnel EPS, qui se rabat pour passer des portes basses. Une petite minute de manipulation permet à l’opérateur de baisser la hauteur de l’engin de 2,36 m à 1,95 m.

Le valet de ferme à l’essai est doté de la version rallongée du bras, ce qui accroît sa hauteur de chargement d’une bonne vingtaine de centimètres par rapport au bras standard. Cependant, l’engin se trouve limité pour charger avec aisance une remorque monocoque ou pour réaliser une peu de terrassement. Combiné à une hydraulique performante dès qu’on actionne le joystick, l’équilibre de l’engin permet de soulever deux big-bags de 600 kg. Mais uniquement en ligne droite !

À la loupe Une bonne autonomie pour des travaux de cour

L’eHoftrac à l’essai reprend le joystick disponible sur d’autres modèles de la gamme. Ergonomique, il permet de gérer la montée/descente du bras, le bennage/cavage, ainsi qu’une troisième fonction optionnelle (quatrième possible également). La proportionnalité des commandes s’avère être sensible et efficace.

Le joystick abrite également un commutateur pilotant l’inverseur, ce qui permet de travailler dans toutes les conditions en gardant une main sur le volant et l’autre sur le joystick.

Comme on a pu le vérifier, l’engin est annoncé pour une autonomie de 2,5 à 5,5 heures, selon l’usage, les travaux sollicitant beaucoup la transmission étant plus gourmands en électricité. Un petit support à diodes informe l’opérateur de l’autonomie restante. Précisons que l’autonomie communiquée correspond au temps effectif, l’engin ne consommant pas lorsque la transmission et le bras sont immobiles. Ceci n’est pas le cas pour un engin à motorisation thermique qui passe en moyenne 30 % de son temps au ralenti.

La conception de l’eHoftrac s’appuie sur une articulation centrale double pivot oscillant et deux essieux rigides. L’articulation centrale assure à la fois la direction et le maintien de la traction. Elle est très efficace pour gommer les dénivellations du terrain, mais elle peut tromper un utilisateur novice qui aura parfois du mal à estimer les mouvements latéraux de cet engin étroit. Outre le frein de parking, un système de type Telma bloque l’engin (arrêt), lorsqu’on n’appuie pas sur la pédale d’accélérateur. Au bout de cinq secondes d’immobilité, le frein s’enclenche automatiquement.

 

+ Même si la hauteur de levage n’est pas le point fort d'un valet de ferme, l’eHoftrac permet d’empiler trois hauteurs de balles rondes ou carrées.

+ L’eHoftrac propose une bonne qualité de finition, notamment pour l’intégration des conduites hydrauliques et des faisceaux électriques. Il reçoit deux feux de travail sur le bras et un feu arrière, le système d’éclairage routier est optionnel.

+/- L’eHoftrac reçoit une porte à gauche, mais pas à droite. L’espace derrière la colonne de direction ajustable en inclinaison n’est pas très grand, la rançon d’un engin compact.

+/- Servant au verrouillage hydraulique de l’outil et au débit d’huile continu pour animer un outil, le levier derrière le joystick pourrait être plus court, pour moins gêner la prise du joystick.

+/- Le prix du valet de ferme électrique est 25 à 30 % plus cher que son équivalent à moteur thermique. Mais les faibles coûts d’utilisation compensent le surcoût à l’investissement.

Entretien Vérifier le niveau d’eau

L’eHoftrac affiche des coûts d’entretien réduits du fait de l’absence de moteur thermique. Comptez une centaine de kilowattheures pour faire le rechargement complet (6 à 8 h) d’une grosse batterie. La seule vérification est celle du niveau d’eau dans la batterie, qui doit être contrôlée une fois par semaine et complétée au besoin à l’eau déminéralisée (remplissage automatique après branchement) : en effet, il faut tenir compte des légères pertes d’eau par évaporation. Pour le reste, on retrouve la vidange périodique de l’huile de pont et les 14 graisseurs facilement accessibles.

 

Fiche Technique

Weidemann 1160 eHoftrac

Énergie : électrique

Puissance : 15,5 kW (21 ch)

Type : hydrostatique (2 modes : Eco ou pleine puissance)

Type, débit et pression : centre ouvert, 32 l/min à 225 bars

Débit hydraulique en bout de bras : 27 l/min

Réservoir d’huile : 18,5 l

Hauteur de levage (point de pivot) : 3 m

Charge de basculement en ligne : 1 348 kg

Charge de basculement articulé : 1 089 kg

Hauteur hors tout : 2,36 m (1,95 m toit rabattu)

Garde au sol : 25,5 cm

Empattement : 1,47 m

Poids à vide : 2 350 kg

Rayon de braquage extérieur aux roues : 2,59 m

Monte pneumatique du modèle essayé : 10.0/75-15.3

Prix catalogue du modèle essayé au 1er avril 2016, avec les options : 38 000 euros HT.


En relation

Thumbnail
Entreprises
Cadauma bouge les frontières de sa zone commerciale

Filiale du groupe coopératif Unicor, Cadauma est historiquement installée dans l’Aveyron (12),…

Thumbnail
Nouveautés
Des fraises spéciales agriculture bio

Les fraises rotatives SC se déclinent maintenant en versions Pro et Bio destinées aux tracteurs…

Thumbnail
Nouveautés
Un compteur de cellules sans réactif

Une mesure en continu du taux cellulaire pour chaque quartier, avec un résultat en fin de traite…

Thumbnail
Nouveautés
Des remorques à front poussant

Le constructeur normand présente une remorque à front poussant dotée d’une caisse de 7 m de long…