Aller au contenu principal

John Deere 5090 GF : "Un tracteur coupleux"

Salarié de la SCEA de Maison à Sablonceaux (Charente Maritime), Thibaut Guionneau a pris les commandes du tracteur John Deere 5090 GF pendant une semaine.

Les 5G spécialisés abritent une motorisation FPT 4 cylindres de 3,4 litres, sur laquelle a été greffé un système de recirculation des gaz d’échappement, un catalyseur d’oxydation et un filtre à particules, afin de répondre à la norme antipollution Tier 4i. Grâce à l’injection électronique, ce moteur développe 5 chevaux supplémentaires sur les 5105 et 10 chevaux additionnels sur le 5090 au transport et à la prise de force. Il est alimenté par un réservoir de GNR de 73 litres, complété en option par un réservoir additionnel de 30 litres. Ce dernier est indispensable sur les modèles dotés de la prise de force avant, puisque l’autonomie du réservoir principal tombe alors à 54 litres. Les intervalles de maintenance évoluent à la hausse, passant de 250 à 500 h. Le 5GF possède deux choix de circuit hydraulique, soit deux pompes cumulant 96,6 l/min, soit l’option trois pompes totalisant 126,4 l/min. Proposant un rayon de braquage réduit à 3,38 m, les 5G bénéficient d’un relevage frontal et d’une prise de force avant intégrés d’usine, d’une nouvelle cabine 10 % plus volumineuse avec un tunnel réduit à 16 cm, d’un siège Super Deluxe, d’une nouvelle console de commandes à droite, ainsi que d’une colonne de direction réglable en inclinaison. Ils reçoivent deux à quatre distributeurs arrière (à commande mécanique ou électrohydraulique). Les quatre versions (vignes étroites GV, vignes larges GN, fruitiers GF et surbaissés GL) se déclinent en trois puissances (75, 90 et 105 ch).

Les conditions du test

Réalisé vers la mi-juillet, l’essai du John Deere 5090 GF a consisté essentiellement à travailler le sol sous le rang avec un intercep traîné Concept Machines Bernhardt, à travailler l’interrang avec une herse rotative Ortolan Zappatrici dans une plantation et à traiter à l’aide d’un appareil traîné Ideal Drop Save avec panneaux récupérateurs.

Les plus

Visibilité

Couple à bas régime

Transmission

Entretien

Les moins

Climatisation un peu juste

Quelques éléments de finition

Siège peu efficace

Au travail "Coupleux à bas régime"

© L. Vimond

Avec l’intercep arrière, la visibilité sur les lames est bonne : on voit bien les palpeurs arrière de chaque côté. Le débit hydraulique est largement suffisant pour couvrir les besoins de l’outil (30 l/min). Je me suis même servi de la molette sur un distributeur pour régler le débit. En revanche, il m’a manqué une deuxième prise électrique (nécessaire aussi avec le pulvé) : l’une sert à l’alimentation électrique des interceps, l’autre à la ventilation de l’hydraulique de l’outil.

À la herse rotative, j’ai vraiment apprécié la mémorisation et le rappel du régime moteur enregistré. Du coup, je réglais mon régime bas avec l’accélérateur à main, pour faire les demi-tours, et je rappelais le régime élevé une fois aligné dans le rang. L’injection électronique met en application ses atouts, notamment le couple à bas-régime. Le 5090 GF donne ainsi une impression de puissance. Il affiche aussi une bonne garde au sol.

Autre point, j’ai bien aimé la construction du support de chappe, coulissant, dont la course permet de laisser le système d’attelage en place, même lorsque la prise de force est utilisée.

Concernant la maniabilité, même si les butées ont été réajustées, l’angle de braquage n’est pas le point qui le distingue. Il faut dire qu’il est bien chaussé.

Sur route, le tracteur John Deere 5090 GF se montre stable. Malgré une largeur hors-tout de 1,51 m et sa hauteur de 1,45 m, le tracteur donne une bonne impression de sécurité. Le passage des vitesses est simple et sans temps d’attente ni à-coup. La bonne isolation phonique de la cabine met à défaut le clignotant que je trouve un peu bruyant. Le confort en cabine est bon, exception faite du siège pneumatique, qui, malgré un réglage adapté à mon poids, n’amortit pas bien.

Attelé au pulvérisateur à panneaux récupérateurs, le tracteur se montre agréable. Pas de chauffe de l’hydraulique à noter. Les manœuvres s’effectuent sans difficulté. L’activation de la prise de force se fait en souplesse et sans encombre. J’ai bien aimé la conception du passe-câble très simple. En revanche, la climatisation se montre un peu juste par 35 °C dehors.

En cabine "Confort et espace"

© L. Vimond

L’accès dans le poste de conduite s’effectue facilement grâce aux deux portes à grande ouverture. Le tunnel n’est pas trop haut. Par contre, je trouve la pédale de frein trop décalée à droite : elle pourrait être rapprochée sans soucis de quelques centimètres à gauche, tout comme celle de l’accélérateur, ce qui rendrait plus confortable la conduite. De même, le volant est trop loin.

Malgré un capot haut, la position haute du poste de conduite offre une bonne visibilité vers l’avant, notamment au niveau des descentes de pare-brise. Les organes de refroidissement ont été logés sans trop impacter la largeur et donc la vue sur le relevage avant. La visibilité arrière est également très bonne.

Le tracteur est doté d’une transmission avec débrayage électrique qui permet de changer de vitesses sur la route sans toucher la pédale d’embrayage : c’est top. L’inverseur au volant se montre pratique également. Ergonomique, la console de droite regroupe les principales commandes : celle du relevage tombe bien sous la main. Au nombre de quatre - c’est suffisant - les leviers de distributeurs mécaniques sont bien positionnés et n’entravent pas la sortie par la droite.

Le tableau de bord affiche quant à lui les principales informations nécessaires à la conduite comme la consommation, le nombre d’heures, le pourcentage d’encrassement du filtre à particules, ou encore la température d’huile.

Je regrette que le coupe-batterie soit logé à l’arrière de la cabine, avec des protections de fil plus ou moins bien ajustées. Dommage également que la manette de sélection du régime de prise de force (540 tr/min et 540 éco) soit logée à l’arrière sous la cabine. À proximité, le réservoir à lave-glace fait rajouté et nuit à l’impression de finition globale.

Enfin, la boîte à outils a le mérite d’être présente, même si on l’aimerait un peu plus grande.

Entretien " Tout est accessible"

© L. Vimond

Logé à l’avant, le réservoir est accessible sans ouvrir le capot (à l’aide d’un outil), grâce à une trappe à carburant. Toutes les pièces d’entretien courant sont accessibles : le filtre et le préfiltre à air sont à l’avant, les filtres à carburant et à huile sont logés sur la gauche du moteur, derrière un panneau mobile. Les filtres de cabine sont à portée de main de chaque côté du poste de conduite. Doté de grilles retenant les éléments les plus grossiers, les radiateurs sont fixes, mais proposent suffisamment d’espace pour souffler : j’ai particulièrement apprécié l’accessoire à visser sur le bout de la soufflette (pour un nettoyage efficace), et restant le reste du temps à demeure sur le tracteur. C’est top.

Fiche technique

Moteur

• Puissance maxi sans/avec boost : 92,3 Ch/101,5 Ch

• Couple maxi : 366 N. m à 1500 tr/min

• Cylindrée : 3 400 cm3

• Norme et système de dépollution : Tier 4i avec EGR + DOC + DPF

• Capacité d’huile du moteur : 9,5 l

• Intervalle de vidange : 500 h

Transmission

• Marque et type : PowrReverser Plus/Semi-powershift avec Hi-Lo électro-hydraulique

• Nombre de rapports (av./ar.) : 24/12

• Régime moteur à 40 km/h : 1 400 tr/min

• Régimes de prise de force et régimes moteur correspondants : 540/540 Eco à 1 938/1 648 tr/min

Circuit hydraulique

• Type, débit, pression : centre ouvert/deux pompes (29,8 + 66,8 l/min) ou option trois pompes (29,8 + 66,8 + 29,8 l/min) à 195 bars

• Nombre de distributeurs : 2 à 4 mécaniques (électrohydrauliques en option)

Relevage

• Capacité aux rotules sur toute la course : 3040 kg

Dimensions

• Capacité du réservoir : 103 l

• Empattement : 2,124 m

• Poids à vide de base : 3 035 kg

• Rayon de braquage : 3,43 m

• Monte pneumatique du modèle essayé : 280/70 R20 et 380/70 R28

• Prix catalogue au 1er décembre 2018 sans/avec les options : 57 446 €/65 368 € HT


En relation

Thumbnail
Expertises
Un hybride entre le pneu et la chenille

"Nous sommes la première et la seule exploitation viticole française à avoir essayé ce pneu…

Thumbnail
Entreprises
Parts de marché des tracteurs 2018 : John Deere reste leader dans un marché en baisse

Selon les chiffres d'Axema (Union des industriels de l’agroéquipement) dévoilés ce…

Thumbnail
Entreprises
Tracteurs enjambeurs : les parts de marché

Si Bobard conserve sa place de leader, l'entreprise bourguignonne reprend 5,3 points de part de…

Thumbnail
Entreprises
Tracteurs spécialisés : les parts de marché des tracteurs étroits

Selon l'Axema, les tracteurs étroits affichent une sévère baisse des immatriculations à -27,5…